malbrunotGeorges Malbrunot. Credit : RTS Entretien avec Georges Malbrunot, grand reporter au journal Le Figaro. 
 
1/ Vous venez de participer au XVe forum de Doha organisé au Qatar du 11 au 13 mai. Ce forum a regroupé des centaines de participants provenant du monde entier, dont Jesse Jackson, le célèbre pasteur américain. Quel est votre avis à l’issue de ce colloque ?
 
Je trouve que les débats ont été intéressants, avec des intervenants de qualité. Cela permet d’entendre les points de vue de personnes aux profils et horizons différents et de faire du networking. Voir autant de personnalités de la région en un même lieu et en l’espace de trois jours peut, en effet, faciliter les échanges.

Fr X DeprireuxFrançois-Xavier Depireux - LinkedInEntretien avec François-Xavier Depireux, fondateur de LD Export. Une société qui possède 10 ans d’expérience basée au Luxembourg et qui propose son aide aux PME européennes de différents secteurs à développer leurs activités dans les pays du Golfe. 

caroline carpentierCredit : Qatarday

Entretien avec Caroline Carpentier, auteure de «Inspiring Women» publié début 2015.

1/  Votre livre « Qatar Success Stories - Inspiring Women », est un ouvrage qui retrace le parcours de femmes qataries actives dans le monde du travail. Avant d’entrer dans le vif du sujet, pourriez-vous vous présenter ? Pourquoi cet ouvrage et à qui est-il destiné ?

ODL photo1/ Le récent accord de Riyad qui a permis le retour des ambassadeurs des Émirats arabes unis, de l’Arabie Saoudite et du Bahreïn au Qatar semble sceller une forme de réconciliation entre les Etats rivaux du Conseil de coopération du Golfe (CCG). Comment percevez-vous cet événement : réelle décrispation ou détente en trompe-l’œil ?
 
Ni l’un ni l’autre. On ne peut pas parler de décrispation car les causes de la tension sont toujours là : la politique étrangère du Qatar qui diffère sérieusement de celle de l’Arabie Saoudite, des Émirats et du Bahreïn, sans parler des frictions épidermiques entre les souverains de ces monarchies. Mais la volonté de mettre fin à la crise est réelle car une crise durable entre les régimes alliés au sein du Conseil de coopération du Golfe aurait été catastrophique pour tous.

SeanSean Garnier / Photo Fb1/ Bonjour Séan. Vous vous êtes fait connaître ces dernières années grâce à votre maîtrise de l’art du « freestyle » dans le football. Vos vidéos, notamment celles où vous affrontez la star brésilienne Neymar, ont été vues des millions de fois. Pourriez-vous dans un premier temps présenter votre parcours?

Je m’appelle Séan Garnier et  j’habite à Paris. J’ai été champion du monde de « freestyle-football » à deux reprises, en 2008 et 2010. C’est un championnat sponsorisé par la société Redbull qui a lieu chaque année depuis 2008 au cours duquel les meilleurs joueurs de cette nouvelle discipline s’affrontent. Je suis aussi le créateur de la TeamS3, un collectif qui regroupe les meilleurs freestylers de la région parisienne et d’une partie du monde francophone (Belgique, Algérie, etc). 

10171804 10202966063504885 7399685266971648319 n1/ Les frappes de la coalition conduites par les Etats-Unis ont-elles une chance d’éradiquer la présence de l'organisation jihadiste “EI” en Irak et en Syrie ?

Personne n’y croit vraiment. La portée de frappes aériennes sur un “ennemi” implanté notamment dans une ville de plus de deux millions d’habitants est déjà en train de montrer ses limites. Les cibles feraient même, semble-t-il, défaut aux Rafales français. La lutte va se jouer ailleurs. L’entrée en guerre de la Turquie apporte une dimension nouvelle relativement importante. Car, hormis les Turcs, seuls des combattants kurdes irakiens (peu désireux semble-t-il de faire plus que d’assurer la défense de leur territoire et certainement pas de conquérir le “sunnistan” arabe irakien) ou alors des chiites, irakiens ou même iraniens, sont susceptibles de contrer militairement l’EI sur le terrain.

Page 3 sur 6