malbrunotGeorges Malbrunot. Credit : RTS Entretien avec Georges Malbrunot, grand reporter au journal Le Figaro. 
 
1/ Vous venez de participer au XVe forum de Doha organisé au Qatar du 11 au 13 mai. Ce forum a regroupé des centaines de participants provenant du monde entier, dont Jesse Jackson, le célèbre pasteur américain. Quel est votre avis à l’issue de ce colloque ?
 
Je trouve que les débats ont été intéressants, avec des intervenants de qualité. Cela permet d’entendre les points de vue de personnes aux profils et horizons différents et de faire du networking. Voir autant de personnalités de la région en un même lieu et en l’espace de trois jours peut, en effet, faciliter les échanges.

Publié dans Trois questions à

4842361-parkeon-le-florange-de-pierre-moscoviciLe ministre de l'Economie et des Finances, Pierre Moscovici. (FAYOLLE PASCAL/SIPA) Suspendu le temps de la campagne électorale, le sujet du fonds qatari pour les banlieues est revenu dans l’actualité suite aux récentes précisions apportées par Arnaud Montebourg.
Désormais réorienté pour venir en aide aux « zones déshéritées », ce projet en dit long autant sur la nature des relations que la France de François Hollande souhaite tisser avec le petit émirat que sur la fracture sociale qui ronge une partie de notre territoire national. Plusieurs enseignements peuvent être tirés de cette affaire.
Le projet qatari a changé de nature et d’orientation. Hier « fonds pour les banlieues », il est désormais qualifié par les pouvoirs publics de « fonds franco-qatari » axé sur l’aide aux PME, aux zones déshéritées voire au redressement productif.

 Derrière la valse des mots, l’objectif est de gommer toute visée vers les quartiers populaires. Soucieux de son image, le Qatar veut à tout prix éviter de prêter le flanc aux critiques d’un financement obscur de l’islam français et de ses franges radicales.

Publié dans Economie