Entretien avec Cheikh Khalifa bin Ahmad bin Soltan al-Thani

lundi, 28 octobre 2013 21:21

cheikh bin soltaneCheikh Khalifa bin Ahmad bin Soltan al-Thani1/ Le Qatar a connu, en une quinzaine d’années, un développement impressionnant. En un temps record, il est passé d’un petit Etat qui était totalement inconnu sur la scène internationale à un acteur incontournable de la scène internationale. Comment évaluez-vous ce développement?

Comme vous le savez le Qatar est un Etat rentier, qui possède des ressources et une richesse qui l’ont aidé à atteindre les objectifs qu’il s’était fixés. Parmi les initiatives qui ont permis à Doha de se propulser sur la scène régionale en lui donnant une position politique importante, il y a évidemment les médias qui ont joué un rôle central et qui ont donné au Qatar une vitrine médiatique incontestable. Ces médias ont développé une plate-forme libre et ont travaillé dans le sens des intérêts des peuples. La « renaissance » du Qatar a pu avoir lieu grâce à sa stabilité ce qui n'est pas forcément le cas dans le reste de la région. Grâce à Dieu, notre pays a des institutions solides, une stabilité et une sécurité permanente.

Cheikh Hamad a mené une révolution en matière d’éducation et dans le secteur économique ce qui est incroyable en sa courte période de règne de 18 ans. Il a travaillé activement au développement de l’éducation et ce par l’ouverture de nombreuses universités dont certaines sont les plus prestigieuses au niveau mondial.

J’ajoute que désormais, un grand ou un petit pays, ça ne veut plus dire grand-chose. Prenons le cas de Gaza qui a pu ces derniers temps prendre des positions plus courageuses que des pays plus importants dans la région. De même, l’importance d’un pays ne dépend pas de sa taille (comme la Russie) mais de l’efficacité de ses actions.

2/ Le Qatar organisera la Coupe du monde en 2022. Nous savons que l’organisation d’une telle compétition donne lieu à des avantages et à des inconvénients. Le Qatar est un pays arabe et musulman et ses citoyens sont très attachés à leur religion. La consommation d'alcool en public ainsi que d'autres comportements pouvant heurter la sensibilité des Qataris seront présents. Comment concilier organisation de la plus grande compétition sportive au monde et respect des traditions? 

La Coupe du monde se tiendra à une période bien précise, c'est temporaire. Cela ne va pas profondément changer notre société. L’alcool ne pose pas de problème car ce n’est pas nous qui allons le consommer. Je ne pense pas que la venue de ces personnes posera un quelconque problème puisqu’il s'agit d'une compétition qui se déroulera pendant une courte durée. Ceci étant, il est clair que l'on n'acceptera pas des écarts de comportement trop flagrants. Nous ne voulons imposer nos coutumes à personne mais les gens devront comprendre qu’il y a des traditions à respecter.

3/ Tous les Qataris soutiennent-ils l'organisation de la Coupe du monde? Ou y a t-il des personnes qui s'y opposent?

Quiconque qui aime le Qatar, sa réputation ainsi que son évolution, appréciera que notre pays organise la Coupe du monde. Le monde entier a exprimé sa joie à l'annonce du nom du pays qui accueillera le Mondial 2022, à savoir le Qatar.

4/Comment peut-on analyser la position du Qatar par rapport au monde arabe?  Notamment par rapport à ses voisins car il y a une crise profonde avec l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis?

La crise dont vous faites mention n’est qu’un différend de visions, de positions à propos de certains sujets. Il ne s’agit pas d’une crise profonde comme pourraient le prétendre certains. Nous considérons nos pays voisins comme des frères, nous avons la même religion, la même croyance mais il est clair que ces différences de vision peuvent avoir une influence dans la région. Mais quand bien il y aurait une crise, elle ne serait pas profonde car les pays du Golfe sont des pays stables. Il faut ajouter qu’il y a également  une coopération sécuritaire qui nous lie qui permet d’éviter "d’aller trop loin" lors de différences de point de vue. Nous pouvons par exemple nous rendre sans problème aux Emirats ou en Arabie saoudite et inversement. Il s’agit juste d’un point de divergences mais actuellement le problème est presque réglé.

5/ Pourtant la crise est plus profonde que cela puisque nous avons eu le cas de Qataris arrêtés aux Emirats arabes unis alors qu’ils se rendaient en vacances ?

Nous considérons que nous devons travailler ensemble, comme un seul pays, une seule coalition, avec une vision unique et une stratégie unique pour atteindre des objectifs qui seront dans l’intérêt de tous. 

6/ Par rapport à la situation à Gaza ou en Syrie, le Qatar a selon vous pris les positions qu’il fallait ?

Le positionnement du Qatar est clair : c’est à Gaza que se déroule le massacre et pas en Israël. Les Palestiniens défendent leur terre et les Israéliens occupent une terre qui n'est pas la leur. Le Hamas est la première force de la résistance et on peut la considérer comme représentante de la résistance palestinienne. Parmi les objectifs que le Hamas s'était fixés il y a la fin du blocus à Gaza, de permettre l’accès à l’espace maritime… Il est normal que le Hamas exige que ces demandes légitimes soient appliquées. Il est normal qu’ils ne veulent pas négocier sous la pression ou sous l’occupation. La Turquie et le Qatar ont joué un rôle dans les négociations entre les deux parties, ce qui a donné un issue positive.   

Pour ce qui est de la Syrie ou des pays où il y a eu des révolutions, le Qatar a soutenu ces peuples dans leur mouvement. Nous avons conseillé au gouvernement syrien de mettre fin à la violence dans le pays mais malheureusement notre avis n’a pas été suivi et c’est ce qui a conduit à la situation que nous connaissons.

7/ Dernière question, un sujet qui revient souvent en Occident et en particulier en France, il s’agit de la position de la femme au Qatar. Qu’en est-il de son statut dans votre société? 

Comme nous l’avons constaté, en Occident, on a ces derniers temps été amené à pointer du doigt les droits de la femme (le fait que la femme ne puisse pas conduire par exemple) dans certains pays de notre région. Quand il s’agit de la femme qui meurt de faim en Afrique, de la Palestinienne dont les enfants se font tuer, ou encore de la réfugiée syrienne ou irakienne qui a fui son pays, on n’en parle pas. Mais par contre, on s’est attelé à dire que son degré de liberté était tributaire de la conduite d’une voiture. L’islam, selon notre vision et celle de tous les musulmans, a accordé à la femme une place importante au sein de la société, des droits, une liberté (qui soit cohérente avec son statut) et une dignité. Une liberté qui soit logique et non une liberté qui devienne incontrôlable voire anarchique. Nous sommes des musulmans, nous avons nos croyances et nous n’avons pas spolié les droits de la femme aussi bien au Qatar que dans les autres pays arabes. Elle jouit de ses droits dans le domaine professionnel, éducatif et de la santé. Nous n’avons jamais interdit à la femme d’étudier ou de travailler. Le femme musulmane profite pleinement de ses droits dans tous les domaines. Mais comme déjà dit, l’Occident a tendance à se concentrer sur certains sujets polémiques. Pourquoi lorsqu’un pays accuse un autre de certaines pratiques, on ne regarde pas ce qui se passe dans le pays accusateur? 

Laissez un commentaire