imageLe Mondial en Russie vient de se terminer et place désormais à celui du Qatar. Organisé dans quatre ans et présenté par l’émir Tamim comme celui de « tous les Arabes », cette édition aura à relever de lourds défis.

À l’occasion d’une cérémonie organisée dimanche 15 juillet au Kremlin, le chef d’Etat russe Vladimir Poutine a remis un ballon officiel de la Coupe du monde à l'émir du Qatar, cheikh Tamim ben Hamad al-Thani.

Publié dans Sport

1027240104La crise du Golfe dope les possibilités de vente d'armes. Dernier exemple en date, l'interêt porté par le Qatar au système antiaérien russe S-400.

C'est une information qui, si elle venait à être concrétisée, réaménagerait le jeu d'alliances dans le Golfe. Dans les tuyaux depuis peu, plusieurs informations concordent pour affirmer que le Qatar opterait pour l'achat d'un système antiaérien de fabrication russe.

Publié dans Actualités du Qatar

Entretien avec le site d'information "Sputnik" sur la médiation de la France dans la crise du Golfe à retrouver à ce lien :

https://fr.sputniknews.com/international/201707041032104645-france-qatar-relations-macron/ 

ermir turquieCredit : Anadolu Agency Entretien avec Birol Baskan, professeur adjoint à l'Université de Georgetown au Qatar. Il a publié des articles dans de nombreuses revues académiques telles que Politics and Religion, Insight Turkey, Arab Studies Quarterly, Comparative Political Studies, et International Sociology. Il est l'auteur du livre « Des empires religieux dans des Etats séculiers » (2014) et « La Turquie et le Qatar dans la géopolitique enchevêtrée du Moyen-Orient » (2016).

 

 

 

1. Les relations entre le Qatar et la Turquie sont marquées par une alliance solide qui s’est renforcée ces 15 dernières années avec une envolée depuis le début du « Printemps arabe ». Selon vous, quels sont les principaux éléments qui motivent cette relation ? Et quelles en sont les limites ? 

Publié dans Trois questions à

qatarouzbekistanCredit : Le MondeAprès sa défaite 1 à 0 contre l'Ouzbékistan mardi 28 mars, l'équipe du Qatar est désormais disqualifiée dans la course à la participation à la Coupe du monde de football qui se dispute dans 18 mois.

Alors qu'ils devaient impérativement s'imposer à Tachkent pour espérer décrocher leur place au Mondial, les "Bordeaux" ont vécu une grande désillusion. Condamnés eux aussi à l’emporter pour maintenir une chance de survie dans leur groupe, les Ouzbeks s’en sont remis à leur attaquant Ahmadov qui a libéré tout son pays en inscrivant le seul but de la partie. Cette nouvelle défaite du Qatar s'ajoute à la longue liste de revers subie ces derniers temps. Pire, l’émirat consolide sa place de lanterne rouge de son groupe. Pour limiter la casse et sauver l’honneur, l'effectif qatari devra à tout prix éviter d’autres échecs notamment lors de la réception de la Corée du Sud (2è du groupe) le 13 juin prochain.

Publié dans Actualités du Qatar

QATARIRANCredit : Iran Sports PressJeudi 23 mars, le Qatar a essuyé une nouvelle défaite à domicile contre l'Iran (0 - 1). Avec ce nouveau revers, les chances d'aller disputer la Coupe du monde en Russie s'amenuisent considérablement tandis que le voisin iranien se rapproche à grand pas d'une qualification directe.

Après cette défaite, l'émirat voit les deux premières places du groupe A de la zone Asie définitivement s'écarter. Le seul espoir qui reste aux hommes du sélectionneur uruguayen Jorge Fossati est de finir la phase de poule avec un sans faute. Si le Qatar remporte en effet ces trois derniers matchs, il peut espérer décrocher la troisième place du podium ce qui lui ouvrirait la voie des barrages et, en cas de succès, lui permettrait de décrocher le précieux sésame.

Publié dans Actualités du Qatar

alepcivilCredit : The Telegraph Après d’intenses efforts diplomatiques, la Turquie a annoncé vouloir prendre en charge l'installation de 80 000 réfugiés qui tentent de fuir  Alep-Est  pour la région d’Idlib, bastion de la rébellion. C’est ce qu’a annoncé le vice-Premier ministre turc, Mehmet Simsek, sur son compte twitter

Alors que les images sur les massacres commis à Alep-Est par les troupes pro-gouvernementales appuyées par l’aviation russe et soutenues par des milices chiites se multiplient, les diplomaties turque et russe ont fini par se mettre d’accord pour évacuer aussi bien les civils que les combattants encore présents dans la partie est de la deuxième ville de Syrie.

Publié dans Politique

RosneftCredit : ReutersLa Russie a annoncé mercredi avoir vendu une participation de 19,5% dans l'entreprise pétrolière publique Rosneft au géant des matières premières et du négoce Glencore et au fonds souverain du Qatar, une opération qui lui rapporte 10,5 milliards d'euros.

Avec cette transaction, qui constitue une surprise pour nombre d'observateurs, le Kremlin montre qu'il est en mesure de faire affaire avec des investisseurs de premier plan malgré les sanctions prises par l'Occident à son encontre pour son rôle joué dans le conflit en Ukraine.

Publié dans Actualités du Qatar

OPEPCredit : Radio Canada Les quatorze membres de l'OPEP (Organisation des pays exportateurs de pétrole) se sont entendus lors de leur réunion tenue à Vienne mercredi 30 novembre sur une réduction de l'offre de pétrole. Si l'Arabie Saoudite a consenti au plus gros effort avec une baisse de sa production de 500 000 barils par jour, il n'est pas sûr que l'accord permette une réorientation durable du prix de l'or noir à la hausse.

 

C'était la réunion de la dernière chance et au regard de la réaction des marchés, les pays membres peuvent souffler et s'estimer soulagés. Dès l'annonce de l'accord, le prix du pétrole s'envolait en s'appréciant de près de 10% à Londres pour le baril de brent de la mer du Nord tandis qu'à New York, le Light Sweet Crude (WTI) - la référence américaine du brut - gagnait près de 4 dollars et se rapprochait de la barre des 50 dollars.

Publié dans Economie

QATAR GAZPort de Ras Laffan, l'un des plus grands centres d'exportation de gaz au monde. Credit : Le FigaroPremier exportateur de GNL (Gaz naturel liquéfié) au monde, le Qatar prévoit une lente augmentation de la demande mondiale en gaz en 2017. Cette projection arrive alors que l’émirat s’active pour arracher un accord au sein de l’OPEP afin d’orienter à la hausse un prix du pétrole historiquement bas.

Ces derniers mois, le Qatar n’a pas ménagé ses efforts afin d’obtenir un accord des pays producteurs pour mettre un terme au contre-choc pétrolier qui dure depuis l’été 2014. Alors que le prix du pétrole s’était établi pendant la séquence 2007-2014 à une moyenne de 100 dollars le baril, ce dernier a brusquement chuté depuis deux ans et demi. Cette dégringolade a mis la pression sur les finances des pays producteurs d’hydrocarbures même si les Etats concernés n’ont pas digéré l’impact de la même manière. Si les pétromonarchies comme le Koweït ou le Qatar semblent plus disposées à encaisser la baisse, il n’en va pas de même pour des pays comme le Venezuela, l’Algérie ou le Nigéria dont les équilibres budgétaires sont gravement mis en péril. Même la puissante Arabie Saoudite et le géant russe ont été contraints de prendre des mesures d’austérité drastiques qui peuvent potentiellement déboucher sur des grondes sociales.  

Publié dans Economie
Page 1 sur 2