Le Qatar a réussi à assurer l’instruction de dix millions d’enfants

dimanche, 14 octobre 2018 23:10

eduationaboveallCredit : Website L’émir du Qatar, cheikh Tamim ben Hamad al-Thani, a annoncé, lors de son discours à l’Assemblée générale des Nations unies fin septembre, l’engagement de son pays à continuer à assurer l’instruction de dix millions d’enfants défavorisés à travers le monde.

La fondation « Education above all »  (EAA - L’éducation avant tout) est une initiative internationale fondée en 2012 par cheikha Mozah bint Nasser al-Misned. Mère de l’actuel émir, elle a beaucoup contribué ces deux dernières décennies à favoriser l’instruction, en particulier des jeunes filles, aussi bien dans son pays que sur l’ensemble du monde arabe.

Basée à Doha, EAA a pour vocation de « construire un mouvement mondial qui contribuera au développement social et économique à travers une éducation de qualité et d’autres programmes et initiatives avec un focus sur les besoins des enfants et l’autonomisation des jeunes et des femmes ». L’institution cible particulièrement les zones touchées par la pauvreté, les conflits et les catastrophes naturelles. De plus, EAA collabore étroitement avec des instances internationales telles que l’UNICEF ou l’UNESCO.

Un projet éducatif d’ampleur salué dans le monde entier

A ce titre, l'initiative « Educate a child » (EAC – Eduquer un enfant), l’un des programmes phares de la fondation, vise à réduire significativement le nombre d'enfants privés de leur droit fondamental à l'éducation à travers le monde. Estimés à 63 millions, ceux-ci sont essentiellement concentrés dans les endroits où règnent des conflits meurtriers. L’objectif du départ était d’assurer l’éducation à 10% d’entre eux, soit plus de 6 millions d’enfants.

Ce but a largement été atteint puisque EAC a permis à dix millions d'enfants parmi les plus déscolarisés à recevoir une éducation primaire de qualité. Depuis le début du projet, EAC a participé à 82 partenariats dans 50 pays, tissant ainsi un véritable maillage éducatif à travers les continents. Pour atteindre cette barrière symbolique de dix millions d’enfants, l’émirat et ses partenaires ont mobilisé pas moins de 1,6 milliard d’euros. Un tiers de la somme provient du gouvernement qatarien.

Ses activités visent principalement les pays du Moyen-Orient et de l’Asie du Sud-Est. Actuellement, l’association élargit son champ d’action à l’Afrique sub-saharienne où se trouvent 50% des enfants (34 millions) non-scolarisés.

« Education above all » très présente à Gaza

Pour mieux identifier et atteindre les enfants les plus vulnérables, EAA avec le concours de l’UNICEF offre du soutien psychosocial et des services de protection à l’enfance via un réseau de 28 centres familiaux dans la bande de Gaza. Sur le terrain, le projet est supervisé par « Al Fakhoora », un programme de la Fondation « Education above all ».

Tirant son nom d'une école située dans le camp de réfugiés de Jabaliya, « Al Fakhoora » a été créée en 2009 suite à l’offensive israélienne « Plomb durci » qui a détruit de nombreuses écoles et universités. Sa mission est  « de promouvoir le droit à l’éducation en permettant à une nouvelle génération de jeunes marginalisés de construire un avenir professionnel et de guider leurs familles et leurs proches vers la cohésion et la prospérité ».

L’organisme a en plus offert 5 065 bourses d’études post secondaires permettant un accès à l’enseignement supérieur à de nombreux jeunes tout en suivant un programme de leadership civique et d’autonomisation économique. De plus, l’association a accompagné 424 conseillers scolaires ainsi que 11 349 enseignants répartis dans 61 écoles. En termes de réhabilitation, « Al Fakhoora » a reconstruit et rénové 94 établissements endommagés, dont 5 centres de formation, 18 universités et 71 écoles.

Suite au succès d’« Al Fakhoora » dans la bande de Gaza, cette approche a été reproduite dans d’autres zones de conflit. Le programme a été étendu à six régions notamment en Cisjordanie et à Jérusalem-Est. Les déplacés et réfugiés syriens répartis en Turquie, Liban, Jordanie et Irak vont également bénéficier du même dispositif.

 

 

Laissez un commentaire