Le petit émirat du Golfe fait encore parler de lui. Sa chaîne Al Jazeera, l’organisation de la Coupe du monde de foot... et aujourd’hui, pays arabe en pointe au sein de la coalition qui bombarde les forces pro-Kadhafi. Quatre avions qataris devraient en effet se joindre à l’opération « Aube de l’Odyssée ».
Cette information, confirmée dimanche après-midi par la chaîne Al Jazeera, est d’une importance capitale pour les Occidentaux car une participation militaire des forces qataries prouvera le caractère pluriel de la coalition. Elle permettra aussi de désamorcer les critiques qui font de ces frappes une nouvelle guerre de l’Occident contre le monde musulman, rhétorique abondamment utilisée par le dictateur libyen.
Trois observations peuvent être retenues pour expliquer les ressorts de cette diplomatie qatarie qui se démarque de celle des autres pays arabes.

Le Qatar investit en banlieue : la faute à qui ?

vendredi, 16 décembre 2011 01:00

1512-sarkozy-qatarNicolas Sarkozy et l’émir du Qatar, Hamad bin Khalifa al-Thani, à Paris, le 13 juillet 2008 (Charles Platiau/Reuters)Ils étaient neuf. Neuf conseillers municipaux originaires de diverses villes de France à être reçus comme des chefs d’Etats par l’émir du Qatar le mois dernier. Leur séjour d’une semaine, financé et piloté depuis l’ambassade du Qatar en France, aura marqué ces élus de la diversité.
Leur objectif : développer des relations, notamment économiques, avec l’émirat à la richesse insolente pour venir en aide à des projets portés par des jeunes des banlieues françaises, trop souvent victimes de discriminations et de difficultés en tout genre.
Habitué de la diplomatie du carnet de chèques, le Qatar les a comblés : l’ambassadeur vient d’annoncer la création d’un fonds d’investissement de 50 millions d’euros précisant même que ce dernier « peut être augmenté »…

Page 19 sur 19