La France et le Qatar signent un nouvel accord de coopération militaire

lundi, 05 octobre 2015 10:19

accordmilitaireCredit : Ambassade de France au Qatar

A l’occasion de la visite du ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian à Doha, un accord de coopération militaire a été signé entre la France et le Qatar.

Déjà active dans le domaine de l’équipement militaire, la France confirme sa présence dans l’émirat et consolide sa collaboration avec Doha. Signe de la bonne santé des relations bilatérales, ces derniers mois ont été rythmés par plusieurs visites officielles de haut rang.

 

Des liens forts et anciens avec la France

L'accord est signéle 22 septembre dernier en présence des ministres de la Défense des deux pays, Jean-Yves Le Drian et le Major Général Hamad ben Ali al-Attiyah. Celui-ci prévoit les moyens de renforcer les relations en matière de défense. Il contient par ailleurs un protocole technique pour un programme de formation commune.

Cet accord militaire n’est pas le premier du genre. En effet, des officiers français sont détachés auprès de l'armée de l'air en qualité d'assistants techniques et ce dans le cadre d’une mission française de coopération militaire implantée à Doha depuis 1991. Ses membres conseillent directement les responsables qatariens. Elle constitue le relais entre la France et le Qatar dans le domaine des forces armées et de l’armement. De plus, certains officiers de l’émirat effectuent des stages en France notamment à l’Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr.

Une volonté de diversifier les alliances

La présence militaire française au Qatar remonte au début des années 1990 et elle est le résultat des profondes mutations stratégiques à l'oeuvre à l'époque. La fin de la Guerre froide et l’issue de la Guerre du Golfe avec l’omniprésence américaine dans la région ont fait comprendre aux dirigeants qataris la nécessité de diversifier leurs alliances, et c’est donc vers la France que le Qatar s'est tourné. Impulsé sous le règne de cheikh Khalifa, ce partenariat n'est pas remis en cause par le coup d’État de juin 1995 qui porte au pouvoir le cheikh Hamad. Ce dernier ne bouleverse pas la nature de cette relation qui s’exprime en premier lieu par le biais d’une coopération militaire avec un premier pacte de défense signé en 1994. Cet accord, qui permet à la France de fournir à l’émirat 80 % de ses équipements militaires, revêt une grande importance car il donne la possibilité à l’armée française de se positionner solidement dans une région où les perspectives de vente d’armes sont exceptionnelles. De plus, toujours en vertu de cet accord, la France s'est donnée pour mission de conseiller et d’instruire l'armée du Qatar, un effectif qui compte actuellement 11.000 hommes. En 1998, un deuxième accord de défense est signé prévoyant l’organisation régulière d’exercices communs ainsi que le déploiement de troupes françaises au Qatar, des sessions de formation et des escales de bâtiments de la Marine nationale. En 1999, des manœuvres des troupes françaises ont eu lieu dans l’émirat destinées à "améliorer les capacités de combat" de l'armée qatarienne.

Cette diagonale stratégique s'est également distinguée par une collaboration privilégiée instaurée depuis 25 ans qui se manifeste notamment par le biais de contrats d'armement très importants. Celle-ci s’est matérialisée en mai dernier par l’achat, pour une valeur de 6,3 milliards d’euros de 24 avions de combat Rafale, fleuron de l’aviation française.  

La signature de l’accord de défense conclue le 22 septembre s’inscrit donc dans une forme de continuité d’une tradition où l’armée française a toujours été appréciée pour la qualité de ses armements, son niveau d’expertise et son accompagnement en matière de formation.

Laissez un commentaire