624L'indignation internationale autour du meurtre de Jamal Khashoggi met à mal le leadership de l'Arabie Saoudite. Cet affaiblissement saoudien pourrait permettre au Qatar de réintégrer sa place dans la région du Golfe.
 
Dans ce sujet diffusé par la radio suisse RTS, le directeur de L'Observatoire du Qatar donne son analyse sur la réintégration potentielle du Qatar dans le jeu intra-Golfe à la faveur de l'affaire Khashoggi.
 

emironuCredit : Reuters L'émir du Qatar, cheikh Tamim ben Hamad al-Thani, a tenu un discours à la tribune de l'assemblée générale de l'ONU à l'occasion de sa 71e session. Les principaux points portaient sur les dysfonctionnements du système onusien, en particulier sur le dossier palestinien et la crise syrienne.

Le chef d'Etat a dénoncé les carences du système de l’ONU et « son incapacité, dans bien des cas, à appliquer les principes de justice et d’équité à ses propres mécanismes de fonctionnement ». L’une des manifestations majeures de ces dysfonctionnements, d'après lui, s’incarne dans la « sélectivité du Conseil de sécurité à propos de la gestion des crises, notamment pour ce qui relève de l’utilisation de la force par certains pays dans les relations internationales ».

Publié dans Politique