Plainte du Qatar contre Florian Philippot : Eclairages de Nabil Ennasri au magazine L’Express

mardi, 02 juin 2015 11:23

florian philippotFlorian Philippot Credit : AFPNabil Ennasri apporte des précisions au magazine L’Express suite à la plainte du Qatar pour diffamation contre le vice-président du Front National Florian Philippot après des déclarations liant l’émirat au terrorisme. 

Le vice-président du Front National, qui a accusé à plusieurs reprises le Qatar de financer le terrorisme, fait l'objet d'une plainte pour diffamation par l'émirat du Golfe. Le point de vue de Nabil Ennasri, directeur de L'Observatoire du Qatar.

Un procès contre-productif ? Le Qatar a porté plainte pour diffamation Florian Philippot, après des déclarations liant l'émirat au terrorisme. La plainte vise notamment les propos tenus le 9 janvier au surlendemain de l'attaque visant Charlie Hebdo, contre le Qatar et l'Arabie saoudite: "ces pays financent l'islamisme qui tue", avait proféré le numéro 2 du Front national. Une telle démarche de la part d'un Etat est inhabituelle. Peut-elle avoir un effet boomerang? L'Express a interrogé Nabil Ennasri, directeur de L'Observatoire du Qatar et auteur de L'Enigme du Qatar (Armand Colin, 2013). 

Pourquoi le Qatar a-t-il pris la décision de porter plainte contre Florian Philippot ? La plainte d'un Etat contre une personnalité politique n'est pas courante...

Doha a jugé bon de mettre un terme aux attaques récurrentes du vice-président du Front National qui accuse le Qatar de corruption et de soutien du terrorisme, sans apporter de preuve irréfutable. L'émirat fait depuis des années l'objet de procès d'intention. Il est normal qu'il veuille donner à entendre sa vision des choses comme le ferait n'importe quel justiciable. L'émirat considère qu'il ne peut plus continuer à accepter la diabolisation dont il fait l'objet sans réagir. Il utilise les voies légales pour exiger que justice soit faite. 

Une telle plainte ne risque-t-elle pas d'apporter de l'eau au moulin de Florian Philippot, de lui donner une opportunité supplémentaire de se faire de la publicité ?

Je ne crois pas. Il n'en n'a pas besoin. Le numéro 2 du FN est déjà l'une des personnalités les plus fréquemment invitées par les médias français. Je ne pense donc pas qu'un procès puisse se retourner contre le Qatar, même si Florian Philippot va bien évidemment adopter la posture de la victime, de celui qui dit la vérité, celui que l'on veut faire taire. 

Mais un procès ne risque-t-il pas de renforcer la méfiance de l'opinion et l'image souvent négative du Qatar ?

Il est vrai que le Qatar suscite pas mal de réactions négatives. Certaines des critiques portées contre le pays sont justifiées, en particulier sur la question du traitement des travailleurs, ou l'organisation de la coupe du monde, mais beaucoup relèvent du fantasme. Ce n'est pas parce qu'une rumeur est abondamment relayée qu'elle est vérifiée pour autant. 

Pour ce qui est des accusations de soutien au terrorisme, le Qatar est l'un des piliers de la coalition qui lutte contre le groupe Etat islamique. L'EI, d'ailleurs, le lui rend bien et accuse Doha d'être un valet des Etats-Unis.  

J'observe que ces accusations reflètent les idées du Front National dont la grille de lecture des événements au Proche-Orient est celle du soutien aux régimes les plus autoritaires de la régions opposés à la politique de Qatar: l'Egypte, comme la visite de Marine Le Pen vient de le démontrer, ou encore les Emirats arabes unis que la présidente du FN encense alors que ce pays est l'un de ceux où les libertés sont les plus bâillonnées dans le Golfe. 

Entretien initialement publié sur le site de L'Express le 1er juin 2015 : 

http://www.lexpress.fr/actualite/politique/fn/plainte-contre-philippot-les-critiques-contre-le-qatar-relevent-souvent-du-fantasme_1685224.html

Laissez un commentaire