NabilEnnasri-3-3Entretien réalisé avec le site d'information alternatif www.foulexpress.com :

Vous venez de publier un ouvrage « L’énigme du Qatar ». Pouvez vous nous expliquer les raisons qui vous ont poussé à publier cet essai?

Son écriture a été motivée par deux raisons principalement. D’abord, j’avais une volonté de mettre à profit mon expérience et mon expertise sur le Qatar, pays dans lequel j’ai commencé à me rendre dès 2004. A l’époque, j’avais bénéficié d’un stage de langue dans le cadre de ma licence d’arabe et de mon cursus à Sciences Po-Aix. En 2006, j’ai validé mon mémoire de Master II consacré aux paradoxes de la politique étrangère de l’émirat. Depuis, je m’y suis rendu à plusieurs reprises dans le cadre de mes travaux universitaires. Ensuite, eu égard à l’incroyable dimension qu’a pris le Qatar dans le débat public français et constatant la pauvreté de la production littéraire sur ce pays, j’ai décidé de me lancer dans l’aventure d’un essai qui puisse donner au public un cadre d’analyse qui satisfasse sa curiosité. Depuis maintenant quelques années, le Qatar suscite de fortes interrogations, inquiète, interroge et interpelle. Le but du livre est donc d’apporter des éléments de réponses à ces légitimes interrogations.

2432448 u-s-secretary-of-state-kerry-attends-news-conference-with-qatar-s-pm-sheikh-jassim-bin-al-thani-in-dohaPhoto : REUTERS/stringerComment expliquer le volontarisme grandissant du Qatar depuis une dizaine d'années?

Le premier facteur est la vision qui anime les dirigeants de l'émirat. Leurs ambitions ont été décrites dans un document, le "Qatar National Vision 2030". C'est une sorte de feuille de route dont l'objectif est de faire de l'émirat un acteur majeur de la communauté internationale à l'horizon 2030. Pour ce faire, une série de plans quinquennaux sont prévus. Aucun domaine n'est sous-estimé, car le Qatar entend jouer dans la cour des grands, sur les terrains diplomatique, médiatique, économique, sportif et culturel. Le deuxième facteur est la place géostratégique qu'occupe cet Etat. Situé dans un Moyen-Orient mouvementé, l'émirat est dans l'oeil du cyclone, au coeur d'une région du Golfe qui reste la source de toutes les convoitises en raison de la richesse de son sous-sol. Or le Qatar est un Etat petit et vulnérable. Ses dirigeants sont déterminés à compenser cette fragilité par une politique de visibilité. En d'autres termes, le Qatar a besoin de s'afficher pour exister. Grâce au " soft power " -- dans les médias et le sport, en particulier, - l'émirat a pu sortir de l'anonymat. C'est en grande partie cette équation qui explique son dynamisme grandissant. 

Entretien avec Pascal Boniface

mardi, 07 mai 2013 02:00

1852382 6 cf09 vue-aerienne-de-doha-la-capitale-qatarie-le 532b440438df1f7c6c0ec88f13f21cc4Vue aérienne de Doha, la capitale qatarie, le 21 mars 2013. | Fadi al-Assad / ReutersNabil Ennasri, auteur de « L’énigme du Qatar » (IRIS Editions), répond aux questions de Pascal Boniface, directeur de l’IRIS.

Vous venez de publier L'énigme du Qatar, comment expliquez-vous cette floraison de livres sur le Qatar ?

C'est d'abord le reflet d'une volonté de répondre aux grandes interrogations que suscite le sujet "Qatar" auprès de l'opinion. Depuis deux ans, l'implication de cet émirat, autant dans notre pays qu'à l'international, est devenu grandissant voire envahissant pour certains. De l'acquisition du PSG à celle du Printemps, du "fonds pour les banlieues" à l'engagement dans les révoltes arabes, l'activisme débordant du Qatar, de même que son ascension fulgurante, a légitimement suscité une envie d'en savoir plus. Après avoir fait la Une des journaux, le Qatar a donc pris place dans les librairies. Aujourd'hui, pas moins d'une demi-douzaine d'ouvrages sont sortis en l'espace de quelques semaines. Cette inflation livresque est salutaire car l'ignorance est grande à l'égard de ce micro-État qui était inconnu il y a encore une quinzaine d'années. Ceci dit, il faut savoir faire la part des choses. Certains essais sont l'expression d'une réflexion dépassionnée et le fruit d'une solide connaissance de ce pays ; d'autres ont opportunément saisi la balle au bond pour se positionner sur un secteur porteur, ce qui ne va pas sans une légèreté voire une superficialité dans la grille analytique.

article photo 1348062803059-2-HDPhoto prise de l'entrée principale du parc des Princes où évolue le PSG, le 31 août 2012 Bertrand Guay afp.comPremière partie de l'entretien réalisé avec TV Live Star. Sujets abordés : le PSG et la diplomatie sportive du Qatar :


Le JSD : Quel est le fondement de la stratégie de développement du Qatar ?

Nabil Ennasri :Il faut replacer le Qatar dans sa situation géopolitique, celle d’un petit pays coincé entre deux voisins intimidants : l’Iran et l’Arabie Saoudite. Les dirigeants qataris pensent leur place à travers ce prisme d’une vulnérabilité excessive, doublée du fait que le Qatar, assis sur la troisième réserve mondiale de gaz, suscite les convoitises. L’exemple du Koweït, envahi par l’armée irakienne, en 1990, a été un traumatisme majeur. Cette conscience aiguë de sa fragilité pousse le Qatar à s’assurer du parapluie militaire américain. Mais la force pure leur étant interdite, ils misent sur le « soft power » :

Le Qatar est-il un simple sous-traitant des États-Unis ? Quel est son projet politique ? Comment comprendre la relation entre Paris et Doha ? Pourquoi a-t-il fait venir David Beckham au PSG ?

 

Diplômé de sciences politiques à Aix-en-Provence, Nabil Ennasri vient de publier L’Énigme du Qatar (Iris/Armand Colin), premier ouvrage qui tente de résumer le projet du petit émirat si puissant, soumis pourtant à un régime autoritaire qui n’a pas rien à envier aux autres pays de la région. Nous l'avons invité à débattre avec Karim Sader, politologue et consultant sur les pays du golfe Persique, contributeur du dernier numéro de la revue Confluences Méditerranée, intitulé « Qatar : jusqu'où ? ».

Page 3 sur 4