sultan qaboos sheikh khalifaLe discret Sultanat d’Oman monte au créneau face aux provocations des Emirats arabes unis suite à l’affichage, en janvier dernier par le musée du Louvre d’Abou Dhabi, d’une carte litigieuse. Celle-ci, accrochée dans la partie du musée réservée aux enfants, avait présenté la région omanaise de Musandam comme appartenant au territoire émirien. Depuis, les Omanais ont pris une série de mesures de rétorsion à l’encontre de leur turbulent voisin.

L’épisode du musée du Louvre qui avait fait grand bruit dans la presse internationale il y a quelques mois n’a pas encore fini de faire parler de lui. Considéré par de nombreux internautes comme sciemment prémédité, ce révisionnisme géographique semble avoir fait sortir de ses gonds un acteur majeur de la médiation dans la région du Golfe.

Publié dans Actualités du Qatar

maxresdefaultOlivier Da Lage is the Editor-in-Chief of the radio station RFI. Considered one of the best experts in the Gulf region where he lived for three years (more precisely in Bahrain), he is the author of several books on the subject such as "Qatar, the new masters of the game", (collective work), Demopolis, 2013, "Thirty years that shook the Persian Gulf, Éditions du Cygne, 2011" and "Geopolitics of Saudi Arabia”, 2nd edition, Complexe, Brussels, 2006. He is also a specialist in India and has just published "India, Desire for Power", Armand Colin, 2017. He agreed to answer questions for L’Observatoire du Qatar.

You said last Monday evening at the conference on the crisis in the Gulf held in the French Institute for International and Strategic Affairs (IRIS), Paris, that the withdrawal of the United States from the Iran nuclear deal was responding to a "plot". Could you clarify your own position on that?

Even a successful plot, I would say, which had been implemented by the coalition formed by Israel, Saudi Arabia and the United Arab Emirates. Saudi Arabia had discovered very late the existence of secret negotiations between Iran and the Obama administration extending over many months in the Sultanate of Oman, without Riyadh having been informed.

Publié dans Trois questions à

pourquoi le Conseil de cooperation du Golfe CCG pourrait se briserOlivier Da Lage est rédacteur en chef à RFI. Considéré comme l'un des meilleurs connaisseurs de la région du Golfe où il a vécu trois années (Bahreïn), il est l'auteur de plusieurs ouvrages sur la question comme "Qatar, les nouveaux maîtres du jeu", (ouvrage collectif), Demopolis, 2013, "Ces trente ans qui ébranlèrent le golfe Persique, Éditions du Cygne, 2011" et "Géopolitique de l'Arabie saoudite, 2e édition, Complexe, Bruxelles, 2006". Il est également spécialiste de l'Inde et il vient de publier "L'Inde, désir de puissance", Armand Colin, 2017. Il a accepté de répondre aux questions de L'Observatoire du Qatar. 

Vous disiez lundi soir lors d’une conférence sur la crise dans le Golfe organisée à l’IRIS que le retrait des États-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien répondait à un « complot ». Pourriez-vous préciser votre pensée ?

Et même un complot qui a réussi, mis en œuvre par la coalition formée par Israël, l’Arabie Saoudite et les Émirats arabes unis. L’Arabie Saoudite avait très tardivement découvert l’existence de négociations secrètes entre l’Iran et l’administration Obama s’étendant sur de nombreux mois au sultanat d’Oman, sans que Riyadh en ait été averti. Oman paie aujourd’hui encore le ressentiment saoudien d’avoir été tenu à l’écart d’une négociation que l’Arabie désapprouvait de toute façon.

Publié dans Trois questions à
IMG 20180531 WA0047Un an après l'éclatement de la crise autour du Qatar, une conférence-débat se tiendra au club de la presse européenne de Bruxelles. En présence de plusieurs spécialistes, l'évènement fera le point sur la situation dans la région du Golfe.
 
Présentation de la conférence-débat : "Un an après le début de la crise dans le Golfe : quel bilan pour la région et quelles perspectives de sortie de crise?"
 
La dernière en date des “crises du Golfe” est née de l’embargo imposé le 5 juin 2017  à l’émirat du Qatar par plusieurs de ses voisins. Elle va bientôt entrer dans sa deuxième année. Alors que nombre de défis régionaux, du bellicisme israélien à la poussée hégémonique de l’Iran, devraient les pousser à la cohésion, l'Arabie Saoudite, les Émirats arabes unis et le Bahreïn, suivis par l’Egypte, se sont efforcés, sans beaucoup de succès, de crédibiliser contre leur ancien partenaire qatari des accusations de “soutien au terrorisme”.
Publié dans Actualités du Qatar
1790667 2018fwc cl POS CBG HÉclairages du directeur de l'Observatoire du Qatar pour le magazine "So Foot" sur l'acte de piraterie digital dont a été victime le groupe BeIN Sports par des hackers d'Arabie Saoudite.

Pour rependre l'expression du journal Le Monde, cet acte de piraterie relève d'une "opération de sabotage, d’une ampleur jamais vue dans l’histoire de la télévision".

Sheikha AlyaLa représentante permanente du Qatar auprès des Nations Unies, cheikha Alya Ahmed ben Saif al-Thani, a déposé, lundi 21 mai, auprès du Bureau des Affaires juridiques des Nations Unies, l'instrument d'adhésion de l’émirat au Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels ainsi que l’instrument d'adhésion au Pacte relatif aux droits civils et politiques. Il s’agit de textes fondateurs posant les bases de la reconnaissance de la dignité humaine et de la garantie de l'égalité des droits qui constituent les fondements de la liberté, de la justice et de la paix dans le monde.

Isolé par ses voisins et malgré les difficultés du blocus qui dure depuis bientôt un an, le Qatar poursuit son chemin pour une reconnaissance par les institutions internationales de ses efforts en matière de promotion des droits humains.

Publié dans Société

n DOHA 628x314Le ministère qatari de l'Économie et du Commerce (MEC) a annoncé le 6 mai que 2 295 nouvelles entreprises ont été enregistrées durant le mois avril. Ce nombre est une preuve de la solidité de l’économie de l’émirat et vient conforter les décideurs qataris de poursuivre leur politique économique destinée à déjouer les effets du blocus.

Selon le dernier rapport publié sur le site du ministère de l’Economie et du Commerce, 1703 grandes entreprises et 592 PME (petites et moyennes entreprises) ont été créées.

Publié dans Economie

110615 fracking usa mLe prix du pétrole a atteint des niveaux jamais égalés depuis quatre ans au cours de cette semaine. Principale raison de cette montée du brut, les tensions avec l'Iran font peser un avenir incertain sur l'approvisionnement du brut en provenance du Moyen-Orient.

Ces derniers jours ont surtout été marqués par l'annonce de Donald Trump portant sur le retrait de son pays de l'accord sur le nucléaire iranien. Signé à Genève en juillet 2015, ce traité, même imparfait, avait permis de faire baisser la tension dans la région dans un contexte particulièrement instable marqué par des guerres à répétition. Cette sortie, condamnée par de nombreux Etats mais saluée par Tel Aviv, Riyad, Abou Dhabi et Manama, risque d'ouvrir une nouvelle ère d'incertitudes avec en ligne de mire la perspective d'une guerre directe entre Israel et l'Iran.

Publié dans Actualités du Qatar

cfeef96a7abf0a52fb09a42ce2403711e4a4b5d8Le président de la commission des droits de l'Homme du Parlement européen, Antonio Panzeri s’est rendu au Qatar le 8 avril dernier. Lors de cette visite de travail, il a salué les réformes engagées par l’émirat dans la promotion des droits humains, soulignant que cette approche renforcera la position du pays au niveau international.

« Lors de notre visite au Qatar, nous avons constaté des avancées positives en matière des droits humains et nous nous réjouissons des prochains développements annoncés dans ce domaine », a déclaré Antonio Panzeri, président de la commission des droits de l'Homme du Parlement européen lors d'une conférence de presse à Doha.

Publié dans Société

20140808083756 IMG 1851Principal pourvoyeur de fonds pour la reconstruction de l’étroite de bande de terre aux côtés de la Turquie et de l’Iran, le Qatar démontre par cette contribution son souhait de ne pas laisser s’effondrer un territoire au bord de l’implosion.

L’annonce a été faite au cœur de l’enclave palestinienne par l'ambassadeur qatari, Mohamed al-Amadi. Président de la Commission qatarie de la reconstruction de la bande de Gaza, ce dernier a signé mardi 1er mai des accords portant sur trois nouveaux projets d'une valeur globale de cinq millions de dollars.

Publié dans Actualités du Qatar
Page 1 sur 61