Vive tension dans le ciel du Golfe

lundi, 15 janvier 2018 12:44

2184133798Lundi 15 janvier, les Emirats arabes unis ont affirmé qu'un de leurs avions civils avait été intercepté par des chasseurs qataris. Aussitôt démentie par le Qatar, cette affirmation tombe quelques jours à peine après l'annonce par Doha qu'un bombardier émirien avait violé son espace aérien.

La crise entre le Qatar et ses voisins s'enfonce. Lundi 15 janvier au matin, plusieurs journaux des pays du Golfe titraient sur l'annonce par l'autorité de l'aviation d'Abou Dhabi qu'une liaison aérienne à destination du Bahreïn avait été interceptée par des avions de chasse qataris. Suscitant d'intense remous sur les réseaux sociaux, cette information - si elle avait été avérée - aurait incontestablement fait grimper d'un cran le niveau de tension entre des pays qui se livrent une bataille médiatique et psychologique impitoyable.

GeneveC’est une nouvelle illustration de la guerre médiatique que livrent les pays du blocus au Qatar. Profitant des accusations lancinantes présentant Doha comme un sponsor du terrorisme, un média saoudien a cru bon de relayer un hoax affirmant que le gouvernement suisse avait lancé "une enquête au sujet du soutien du Qatar à des organisations terroristes".

Mardi 9 janvier, le compte Twitter « Infographic_ksa » publie un scoop qui semble revêtir une importance majeure dans le lourd dossier de la lutte des Etats européens contre le fléau du terrorisme. Informant ses quelques 320 000 followers, le média annonce que le « gouvernement suisse a débuté une enquête au sujet d’un soutien du Qatar à des organisations terroristes ». Le tweet poursuit en affirmant que cette investigation se mène « dans plusieurs capitales à travers le monde, visant des personnalités et des sociétés suspectes ».

2115767 petrole vers un choc de loffre ou de la demande 173901 1Le prix du baril de pétrole a atteint mardi 9 janvier son plus haut niveau en trois ans en s'approchant de la barre des 70 dollars le baril. Cette nouvelle situation du secteur de l'or noir est de nature à rassurer les pays producteurs même si des risques existent de voir la production mondiale repartir à la hausse et provoquer un renversement du marché à court terme.

C'est l'information qui arrive comme un cadeau de la nouvelle année 2018 en faveur des pays pour qui la vente du pétrole et du gaz constituent des éléments essentiels de leur budget. Grâce à une hausse lente mais continue depuis des semaines, le pétrole vit à l'heure actuelle un schéma qu'il n'avait pas connu depuis décembre 2014. Mardi 9 janvier, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mars valait ainsi exactement 68,52 dollars sur le marché de Londres.

624Le directeur de L'Observatoire du Qatar est intervenu mardi 2 janvier à la radio suisse RTS en compagnie de Jean-Marc Rickli, spécialiste des pays du Golfe. Ce débat portait sur le bilan de l'année 2017 dans la région du Golfe marquée par le blocus du Qatar.

Voici le lien pour le réécouter :

https://www.rts.ch/play/radio/forum/audio/une-annee-2017-a-oublier-pour-le-qatar?id=9201853&station=a9e7621504c6959e35c3ecbe7f6bed0446cdf8da 

693724416Le Comité national des droits de l'homme du Qatar vient de produire un document exhaustif récapitulant l'ensemble des atteintes aux droits causées par l'embargo. Décidé le 5 juin dernier, ce blocus a porté préjudice à des milliers de personnes qui ont vu leurs droits de circulation et d'éducation bafoués.

Créé par un décret du gouvernement en 2002, le National Human Rights Committee (NHRC) est une organisation dont le but est de défendre les droits de l’homme dans l’émirat. Depuis sa naissance, cette instance a collaboré avec diverses organisations de défense des droits humains tels Amnesty International et Human Rights Watch. Preuve de cet engagement, le NHRC a bénéficié d’une certaine reconnaissance sur le plan mondial ; il est ainsi accrédité auprès du Comité international de coordination des institutions nationales des droits de l’homme.

2017 06 05t030233z 1593747601 rc1de0592060 rtrmadp 3 gulf qatarL’émir du Qatar, cheikh Tamim bin Hamad al-Thani, démarre une tournée officielle dans une demi-douzaine de pays d'Afrique de l'Ouest. Ce déplacement est destiné à renforcer les relations bilatérales dans un contexte de crise larvée entre monarchies du Golfe.

Désormais considéré comme un continent présentant les caractéristiques d'un “nouveau monde”, l'Afrique suscite de nombreuses convoitises. On connaissait l'influence centrale de la France ainsi que d'autres pays occidentaux dans cette partie du monde et les dernières années ont vu une montée en puissance de la Chine. En dehors de ces partenaires incontournables, le monde arabe s'est longtemps désintéressé de cette région du globe. Seuls l'Arabie Saoudite, le Maroc et la Libye de Kadhafi ont développé à l'égard de certains pays africains une diplomatie intense à la fois économique et idéologique.

Page 8 sur 74