sultan qaboos sheikh khalifaLe discret Sultanat d’Oman monte au créneau face aux provocations des Emirats arabes unis suite à l’affichage, en janvier dernier par le musée du Louvre d’Abou Dhabi, d’une carte litigieuse. Celle-ci, accrochée dans la partie du musée réservée aux enfants, avait présenté la région omanaise de Musandam comme appartenant au territoire émirien. Depuis, les Omanais ont pris une série de mesures de rétorsion à l’encontre de leur turbulent voisin.

L’épisode du musée du Louvre qui avait fait grand bruit dans la presse internationale il y a quelques mois n’a pas encore fini de faire parler de lui. Considéré par de nombreux internautes comme sciemment prémédité, ce révisionnisme géographique semble avoir fait sortir de ses gonds un acteur majeur de la médiation dans la région du Golfe.

Publié dans Actualités du Qatar

Cour internationale de justice 790x382Credit : Wikipedia Le Qatar a annoncé lundi 12 juin avoir saisi la Cour internationale de Justice (CIJ) contre les Emirats arabes unis en raison « des violations continues des droits humains commises dans le cadre de la politique discriminatoire adoptée par les Emirats arabes unis » à son encontre. Il s’agit là d’un tournant important depuis le blocus qui a débuté il y a plus d'un an.

Dans la nuit du 5 au 6 juin 2017, l'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, Bahreïn et l'Egypte ont rompu tous leurs liens avec le Qatar en l'accusant notamment de « financer le terrorisme », ce que Doha a toujours démenti fermement. S’en est suivi un blocus aérien, maritime et terrestre ainsi que l’expulsion des citoyens qatariens des pays du Quartet.

Publié dans Actualités du Qatar

pourquoi le Conseil de cooperation du Golfe CCG pourrait se briserOlivier Da Lage est rédacteur en chef à RFI. Considéré comme l'un des meilleurs connaisseurs de la région du Golfe où il a vécu trois années (Bahreïn), il est l'auteur de plusieurs ouvrages sur la question comme "Qatar, les nouveaux maîtres du jeu", (ouvrage collectif), Demopolis, 2013, "Ces trente ans qui ébranlèrent le golfe Persique, Éditions du Cygne, 2011" et "Géopolitique de l'Arabie saoudite, 2e édition, Complexe, Bruxelles, 2006". Il est également spécialiste de l'Inde et il vient de publier "L'Inde, désir de puissance", Armand Colin, 2017. Il a accepté de répondre aux questions de L'Observatoire du Qatar. 

Vous disiez lundi soir lors d’une conférence sur la crise dans le Golfe organisée à l’IRIS que le retrait des États-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien répondait à un « complot ». Pourriez-vous préciser votre pensée ?

Et même un complot qui a réussi, mis en œuvre par la coalition formée par Israël, l’Arabie Saoudite et les Émirats arabes unis. L’Arabie Saoudite avait très tardivement découvert l’existence de négociations secrètes entre l’Iran et l’administration Obama s’étendant sur de nombreux mois au sultanat d’Oman, sans que Riyadh en ait été averti. Oman paie aujourd’hui encore le ressentiment saoudien d’avoir été tenu à l’écart d’une négociation que l’Arabie désapprouvait de toute façon.

Publié dans Trois questions à

Capture decran 2018 06 08 a 12.10.55

On Friday 1 June, the NGO “AIDL” (International Alliance for Defense of Rights and Freedoms) organized a conference with the theme “The Island of Socotra : between strategic importance, violation of international law and regional interests”. The event took place at the City Hall of the 2d Arrondissement of Paris.

Several experts, journalists and lawyers attended to denounce the aggressive policy of the United Arab Emirates.

Publié dans Actualités du Qatar
IMG 20180531 WA0047Un an après l'éclatement de la crise autour du Qatar, une conférence-débat se tiendra au club de la presse européenne de Bruxelles. En présence de plusieurs spécialistes, l'évènement fera le point sur la situation dans la région du Golfe.
 
Présentation de la conférence-débat : "Un an après le début de la crise dans le Golfe : quel bilan pour la région et quelles perspectives de sortie de crise?"
 
La dernière en date des “crises du Golfe” est née de l’embargo imposé le 5 juin 2017  à l’émirat du Qatar par plusieurs de ses voisins. Elle va bientôt entrer dans sa deuxième année. Alors que nombre de défis régionaux, du bellicisme israélien à la poussée hégémonique de l’Iran, devraient les pousser à la cohésion, l'Arabie Saoudite, les Émirats arabes unis et le Bahreïn, suivis par l’Egypte, se sont efforcés, sans beaucoup de succès, de crédibiliser contre leur ancien partenaire qatari des accusations de “soutien au terrorisme”.
Publié dans Actualités du Qatar

qatarproductsCredit : CNN.comLe ministère qatari de l’Economie a ordonné, dimanche 27 mai, le retrait sur l'ensemble du territoire de tous les produits provenant des pays du blocus. Les Etats du Quartet avaient soumis l'émirat à un embargo commercial il y a près d’un an.

Cette mesure qui vise les marchandises en provenance d'Arabie Saoudite, des Emirats Arabes Unis, du Bahreïn et d'Egypte est plutôt symbolique puisqu’après près d'une année de blocus, il ne restait plus beaucoup de ces produits dans les magasins de l'émirat. Malgré l’embargo commercial, les marchandises saoudiennes et émiraties continueraient à arriver au Qatar via les ports du Koweït et d'Oman, deux pays qui se sont transformés en véritable "point relais" entre Doha et ses rivaux.

Publié dans Actualités du Qatar

ob dea71b yemen aden eauCes dernières semaines, la presse arabe bruissait d’informations sur l’occupation de l’île yéménite de Socotra par les Emirats. L’avenir de ce territoire pourrait sonner le glas de la coopération entre Riyad et Abou Dhabi dans la guerre meurtrière que les deux monarchies mènent au Yémen.

Depuis quelques semaines, un bras de fer médiatico-géopolitique se trame en marge de la guerre du Yémen. Au delà du martyr dont est quotidiennement victime le peuple de l’un des pays les plus pauvres de la planète, c’est à un îlot situé à 350 kilomètres que l’une des partitions les plus importantes du conflit se joue actuellement.

Publié dans Politique
9948a98c 8232 4dff b297 32058e0f2bbbLa journée du lundi 14 mai, durant laquelle des milliers de Palestiniens ont manifesté contre le transfert de l'ambassade américaine à Jérusalem, a été marquée par un bilan tragique avec une soixantaine de civils abattus et plus de 2700 blessés. Tandis que le Qatar a immédiatement et fermement condamné l’attaque qu’il a qualifiée de « massacre » d’autres pays du Golfe s’apprêtent à pactiser avec Tel Aviv.
 
Mardi 15 mai, les Gazaouis ont enterré la soixantaine de personnes tuées la veille par l'armée israélienne. Au regard de la violence des événements qualifiés par Amnesty International de « violation abjecte des droits de l'homme »  des manifestations ont été organisées dans plusieurs capitales arabes et européennes. Certains pays dont la Grande-Bretagne, l’Allemagne et la Suisse ont réclamé une enquête indépendante tandis que le Koweït a demandé la tenue d’une réunion d’urgence du Conseil de sécurité de l’ONU.
Publié dans Actualités du Qatar

000 14F1YL 640x400Au cours d'une visite éclair en Arabie Saoudite, le nouveau secrétaire d'Etat américain a clairement signifié la volonté de son administration de mettre fin à la crise du blocus.

Alors qu’il a effectué une visite de quelques heures à Riyad dans le cadre d’une tournée express dans la région devant également le conduire en Israël et en Jordanie, Mike Pompeo a fait savoir à son homologue saoudien Adel al-Jubeir que l’heure était venue de mettre un terme à la crise avec le Qatar.

Publié dans Actualités du Qatar

738 000 sm6okCredit : France cultureCela fait désormais trois ans jour pour jour que la guerre au Yémen a débuté. Malgré les déclarations grandiloquentes des responsables de la coalition arabe, le conflit s’est transformé en véritable Vietnam moderne pour Riyad et ses alliés.

Dans l’esprit de ses initiateurs, la guerre au Yémen débutée fin mars 2015 ne devait durer que quelques semaines. Confiant dans sa force de frappe et souhaitant démontrer à la face du monde sa capacité à asseoir son leadership sur la péninsule arabique qu’elle considère comme son pré-carré inviolable, l’Arabie Saoudite fanfaronnait à l’heure où de substantiels changements s’opéraient au plus haut niveau de sa hiérarchie dynastique.

Publié dans Politique
Page 2 sur 6