2514296 52184630 2560 1440Raphaël Le Magoariec est spécialisé dans le domaine du sport dans la Péninsule arabique. Il revient pour L'Observatoire du Qatar sur les retombées de la victoire de l'équipe de football du Qatar à la Coupe d'Asie organisée aux Emirats arabes unis. 

1- Avec son succès pour la première fois de son histoire dans un championnat  continental de football, est-ce que vous pensez que sportivement, le Qatar peut être aujourd'hui considéré comme une véritable nation de football ? Est-ce que le déficit de tradition footballistique dont on l'a accusé peut aujourd'hui être compensé par cette victoire ?

Tout dépend à quel niveau on se place, une chose est sûre c’est que le Qatar se donne les moyens de devenir sportivement un véritable pays du football. Il est en train de le devenir petit à petit avec le travail effectué notamment par les formateurs de l’Aspire Academy. Il faut bien se rendre compte que le Qatar part de très loin, le professionnalisme dans le football national existe depuis les années 2000, ce sont des choses nouvelles qui ne sont pas simples à mettre en place les techniciens étrangers sont au Qatar pour tenter d’apporter cette touche.

Publié dans Trois questions à
624L'indignation internationale autour du meurtre de Jamal Khashoggi met à mal le leadership de l'Arabie Saoudite. Cet affaiblissement saoudien pourrait permettre au Qatar de réintégrer sa place dans la région du Golfe.
 
Dans ce sujet diffusé par la radio suisse RTS, le directeur de L'Observatoire du Qatar donne son analyse sur la réintégration potentielle du Qatar dans le jeu intra-Golfe à la faveur de l'affaire Khashoggi.
 

Dsb7KlDWoAAR3vIL'Institut du monde arabe (IMA) organise jeudi 22 novembre une conférence-débat sur la géopolitique de la Péninsule arabique. S'inscrivant dans le cadre des Jeudis de l'IMA, cet évènement, qui a lieu à un moment particulièrement crucial de cette région, donnera l'occasion à trois spécialistes du Golfe d'intervenir, dont le directeur de L'Observatoire du Qatar.

À l’heure où la Péninsule arabique est éprouvée par de graves tensions, certains États sont à la croisée des chemins entre ouverture sociétale, durcissement autoritaire et diversification économique. Pour tenter de comprendre les ressorts de ces mutations, cette soirée de réflexion réunit d’éminents spécialistes.

Publié dans Conférence et agenda

argoalimentaireCredit : Orient XII

Lors d'une analyse fouillée menée par le site OrientXXI, le directeur de L'Observatoire du Qatar a apporté son éclairage sur le développement agroalimentaire dans l'émirat depuis le blocus imposé par ses voisins en juin 2017. L'embargo semble s'être transformé en une nouvelle opportunité pour de nombreuses entreprises du secteur.

Pour lire l'intégralité de l'article, c'est à ce lien : https://orientxxi.info/magazine/au-qatar-l-industrie-agroalimentaire-fait-face-a-l-embargo,2710

horn fEntretien avec Marc Lavergne, spécialiste du Moyen-Orient et directeur de recherches au CNRS sur la géopolitique de la Corne de l'Afrique

1/ La situation dans la Corne de l'Afrique semble être le théâtre d'une nouvelle confrontation régionale entre des acteurs étatiques comme la Turquie, l'Arabie Saoudite, le Qatar et surtout les Emirats arabes unis. Quel est le réel objectif d'Abou Dhabi dans cette région?

C'est bien d'Abou Dhabi qu'il s'agit, non pas tant comme capitale que comme l'émirat qui mène la barque de la Fédération, au mépris des intérêts particuliers des émirats du Nord, et en particulier de Dubai. La poussée stratégique et diplomatique des Emirats dans la Corne de l'Afrique s'inscrit dans une opération de vaste ampleur qui vise à conquérir des points d'appui maritime au Hadramaout, sur l'île de Socotora et aux abords de la mer Rouge. Abou Dhabi vise à :

Publié dans Trois questions à

merlin 143015073 ece203d5 6b37 4095 a8f6 4f1a841fbf47 jumboLe journal américain New York Times a révélé, vendredi 31 août, une affaire d’espionnage dans laquelle sont impliqués les Emirats arabes unis. Depuis plusieurs années, les dirigeants de cette richissime fédération ont utilisé des logiciels espions du groupe israélien NSO afin d’espionner de hauts responsables d'Etats étrangers. 

Le quotidien américain New York Times a rapporté qu’à l’occasion d’une coûteuse mise à jour de son programme espion nommé Pegasus, de hauts responsables émiriens ont demandé au groupe israélien NSO si leur logiciel était capable d’enregistrer les conversations téléphoniques de plusieurs personnalités. Parmi les personnes visées, l’émir du Qatar, cheikh Tamim ben Hamad al-Thani, Abdullah al-Khamis (un éditeur de presse basé à Londres) ou encore le prince saoudien Miteb ben Abdallah qui a pendant longtemps occupé le poste stratégique de patron de la Garde nationale du royaume wahhabite.

Publié dans Actualités du Qatar

emirlondonCredit : ArabianBusinessLes relations entre Londres et Doha sont au beau fixe. La toute récente visite de l’émir du Qatar à Londres a été l’occasion de renforcer la coopération dans différents domaines. Pendant l’entrevue entre la Première ministre britannique, Theresa May et cheikh Tamim ben Hamad al-Thani, le 24 juillet, un rassemblement contre la venue de l’émir devait se tenir devant le 10 Downing Street. Avant de tomber à l’eau faute de participants, la presse britannique a révélé que ceux-ci devaient être payés pour y prendre part. Précisions.

Le Qatar et le Royaume-Uni entretiennent d’excellentes relations. Chaque année, leurs échanges commerciaux et investissements s’élèvent à environ 5.5 milliards d’euros. La coopération entre les deux pays porte sur le plan militaire mais est aussi prolifique dans les domaines de l’éducation, des sciences et des technologies ou encore sur le terrain sportif et culturel.

Publié dans Actualités du Qatar


Cour internationale de justice 790x382Credit : Website Lundi 23 juillet, la Cour internationale de Justice (CIJ) a tranché en faveur du Qatar dans son différend l’opposant aux Émirats arabes unis. Cette décision, qui s’ajoute à d’autres déboires diplomatiques, met Abou Dabi sous pression.

Dans la nuit du 5 au 6 juin 2017, l'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, Bahreïn et l'Égypte ont rompu toutes leurs relations avec le Qatar en l'accusant, entre autres griefs, de « soutenir le terrorisme ». S’en est suivi un blocus aérien, maritime et terrestre isolant sévèrement l’émirat ainsi que l’expulsion des citoyens qataris des pays du Quartet.

Loin de plier et réfutant les accusations, l’émirat a démontré au cours des treize derniers mois sa capacité de résilience en s’adaptant à cette nouvelle donne régionale.

Publié dans Politique

qatarairways2Credit : Website Malgré le blocus imposé par les pays du Quartet il y a plus d’un an, Qatar Airways poursuit son expansion. La compagnie a récemment annoncé qu’elle était désormais le deuxième plus grand groupe de fret au monde. Une croissance impressionnante pour une entreprise qui est passée de la 16e place à la position de numéro deux en seulement huit ans.

La fermeture de la seule frontière terrestre du Qatar avec l'Arabie saoudite a conduit à une forte opération de transport aérien pour protéger l'approvisionnement en marchandises nécessaire aux 2.7 millions d’habitants. Cette situation nouvelle a fait grimper les volumes de fret aérien à des niveaux records.

Publié dans Economie

souqwaqifCredit : TripZilla Eclairages de Nabil Ennasri pour le quotidien "La Croix" où il revient sur la manière dont le Qatar a résisté à la crise qui a éclaté le 5 juin 2017.  

Page 1 sur 6