Le Qatar et la Turquie à la manoeuvre pour la libération des journalistes espagnols enlevés en Syrie

lundi, 09 mai 2016 21:18

journalistesespaCredit : La Croix Trois journalistes espagnols enlevés en Syrie sont arrivés, dimanche 8 mai, à Madrid après avoir passé dix mois aux mains du front al-Nosra, la branche syrienne d'al-Qaïda. Cette libération a été rendue possible grâce à la médiation du Qatar et de la Turquie.

Trois journalistes espagnols freelance, José Manuel Lopez, Angel Sastre et Antonio Pampliegaqui avaient été enlevés à Alep dans le nord de la Syrie, sont arrivés dimanche sur une base militaire proche de Madrid après avoir passé dix mois aux mains du front al-Nosra.

Les trois reporters avaient été enlevés par des hommes armés, le 13 juillet 2015, alors qu'ils circulaient en minibus à Alep où les combats étaient particulièrement violents.

Dans un communiqué, le gouvernement espagnol a déclaré que cette libération avait été rendue "possible grâce à la collaboration de pays alliés et amis, spécialement dans la phase finale depuis la Turquie et le Qatar".

La Syrie figure aujourd’hui à la 177e place sur 180 du Classement 2015 établi par Reporters sans frontières (RSF).

La Syrie est l’un des pays les plus dangereux du monde pour les journalistes selon RSF qui a recensé la mort de 47 journalistes et 139 net-citoyens depuis le début du soulèvement en 2011.  Au moins 30 journalistes et net-citoyens restent actuellement détenus dans les prisons du régime syrien et plus de 29 autres reporters, dont neuf étrangers, sont toujours portés disparus ou sont otages, aux mains de l’Organisation Etat islamique (OEI) ou d’autres groupes extrémistes armés.

 

Laissez un commentaire